Le quartier du port de pêche
de Lorient la nuit

De la langoustine à la térébenthine

Port de pêche de Lorient, dégustation de langoustine et crabes
Port de pêche de Lorient, dégustation de langoustine et crabes

A Lorient, le coeur du quartier de Keroman ne bat pas que le midi, à l’heure où les travailleurs du port de pêche et de commerce, collaborateurs des équipages de course au large, étudiants des Beaux-Arts, professionnels freelance de La Colloc (lieu de coworking) se retrouvent pour aller déjeuner dans les restaurants et bistrots à bon rapport qualité-prix… Keroman vit la nuit, plus que jamais ! Bobos, pêcheurs, rockeurs, fileteuses… Le mélange est détonnant !

On la croit déserte la nuit, et pourtant… L’avenue de la Perrière est devenue depuis quelques années, le week-end surtout, l’endroit couru par les noctambules à la recherche d’une ambiance décalée.

On dîne au Poulpe (du homard) le vendredi soir dans une ambiance bobo, on mange du poisson au Neptune, on se régale au Crabe-Marteau, on mange des tapas au Rade, et on danse sous la boules à facettes au Bon Accueil le samedi soir.

Graff d'un gorille par LEZ et SAMP au Galion à Lorient
© G. CAUDAL - Artistes Moker Crew LEZ - SAMP. Graff d'un gorille sur le mur du bar Le Galion à Lorient.

Soirée punk-rock au Galion

Après 22 h, direction Le Galion, rue Florian-Laporte, un ancien bar de pêcheurs resté dans sa décoration originelle, mais surtout une salle de concert où les groupes de garage-rock-punk de renommée internationale se produisent souvent le vendredi ou le samedi soir, et parfois le dimanche soir ou en semaine. Punks et punkettes, pêcheurs, artistes, étudiants des Beaux-arts, trentenaires et quadras-quinquas festifs, adorent ce lieu underground.

Les artistes aiment le port de pêche

Graff d'un cachalot par LEZ et SAMP, extrait d'une fresque murale au Port de pêche de Lorient

Depuis 10 ans environ, des graffeurs apposent leur griffe sur blockhaus et bâtiments en friche. Certains dessins disparaissent, puis d’autres réapparaissent, au gré des fermetures de bâtiments, et destructions d’entrepôts. Cachalot, poulpe, dinosaure, Neptune… Les inspirations sont plutôt marines, mais pas uniquement ! Les signatures les plus connues sont celles des talentueux graffeurs Kaz et Ezra, connus et reconnus sur la planète Graff.

Graff d'une pieuvre par KAZ au Port de pêche de Lorient

Les étudiants des Beaux-Arts exposent dans leur école toute proche.

Juste à côté du Galion, la peintre Catherine Raoulas, connue pour produire des toiles d’inspiration maritime, est à l’initiative de l’ouverture du Lieu Noir-Lieu Jaune, qui mêle expositions et soirées musicales. C’est cette même peintre qui a peint les pylônes du «pan coupé» dans l’enceinte-même du port de pêche. Ses créations consistent souvent en des portraits de pêcheurs, dont les corps travailleurs se mêlent à l’élément mer.

A 4h30 le ballet incessant des transpalettes

Port de pêche de Lorient, balais des transpalettes

On en oublierait presque le port de pêche, qui bouillonne après minuit. Les bateaux de pêche commencent à débarquer. Les agents du port s’affairent à étiqueter les lots par bateau, pour la vente. Les transpalettes vont et viennent dans un ballet incessant. La criée (informatisée depuis 15 ans) ouvre à 4h30 pour la pêche côtière (temps de marée courts, moins de quatre jours). En salle de vente, on ne crie plus. Les mareyeurs sont concentrés sur l’écran et leurs télécommandes, pour cliquer au bon moment dès qu’un lot passant sur le tapis roulant leur tape à l’oeil.

Port de pêche de Lorient, débarquement du poisson

Vers 5h45, les fileteuses s’affairent, avec leurs couteaux aiguisés

Port de pêche de Lorient, colin merlu
Port de pêche de Lorient, les fileteuses

Vers 5 h 45, une seconde vente démarre : celle de la criée hauturière, les poissons pêchés en haute mer, le plus souvent au chalut. De la marchandise en grande quantité, pêchée au large des côtes lorientaises, mais également au large de l’Écosse, notamment par les bateaux de la Scapêche, l’armement Intermarché basé à Lorient. Avec l’informatisation, tout va de plus en plus vite. A 6h30, c’est plié. Pendant ce temps, dès 5h, dans les ateliers de marée, les fileteuses lorientaises s’affairent, avec leurs couteaux aiguisés.

Leur savoir-faire (filetage main) est reconnu partout en France. Julienne, merlu, cabillaud, grenadier, lotte, roussette, merlan, tout y passe… Tout doit aller vite, très vite, pour que la marchandise sous glace puisse partir dès que possible aux quatre coins de la France et de l’Europe, chez les poissonniers, en grande distribution et dans les restaurants. A la gare de marée, les camions sont dans les starting-blocks.

Port de pêche de Lorient, le savoir-faire des fileteuses
© Xavier DUBOIS. Port de pêche de Lorient, le savoir-faire des fileteuses.

Entre 6h et 9h, la pause-café s’impose

Port de pêche de Lorient, la pause-café arrive
© Xavier DUBOIS. Port de pêche de Lorient, la pause-café arrive.

Entre 6h et 9h, l’hôtel-restaurant des Gens de Mer est le rendez-vous pour le café-croissant. Tout comme le préfabriqué à poste à l’entrée du port, point de ravitaillement en barquettes de frites et casse-croûtes. La pause détente après l’effervescence des ventes nécessitant une extrême concentration. À cette heure-là, de nombreux navires font déjà « route pêche » le long de la côte ou au large. Le métier a évolué.

La pêche au chalut, scrutée de près par Bruxelles, a pris des mesures pour devenir éco-responsable.

À Lorient comme ailleurs, on tient à préserver le milieu naturel comme on tient à préserver ses emplois. Plus de 3 000 au total, liés au port de pêche.

Lorient, visite du port de pêche

Visiter le port de pêche

Avec le CCSTI/Maison de la Mer, certains jours en période de vacances scolaires. Toute l’année pour les groupes. A 5h ou 9h45. Le jeudi, la visite peut se clore par une dégustation de produits de la mer à la fin.

Réservation obligatoire auprès de l’Office de tourisme :

02 97 847 800

Lorient, visite du port de Keroman
© Robert Le Gall. Lorient, visite du port de Keroman
  • partager